Jeune femme soufffrant de l'endométriose

Y a-t-il un lien entre l’endométriose et l’alimentation ?

L’Endométriose, une maladie qui a peut-être un lien avec notre alimentation…

Jeune femme soufffrant de l'endométriose

Cette maladie reste une énigme pour la médecine, elle est donc encore très mal diagnostiquée et pourtant celle-ci touche 1 femme sur 10 qui est en âge de procréer. Quelques recherches auraient permis de susciter le doute sue le fait que l’alimentation pourrait bien en être la cause.

L’école Naturopathie voulait faire le point sur cette maladie très peu connue.

L’endométriose c’est quoi ?

L’endomètre est la paroi interne qui tapisse l’utérus. Au cours du cycle menstruel, l’endomètre s’épaissit pour accueillir une éventuelle grossesse. En absence de fécondation, l’endomètre est éliminé et évacué par le vagin, c’est ce qui provoque les règles.

On parle d’endométriose externe quand les lésions se développent sur les organes autres que l’utérus provoquant des lésions au niveau des ligaments, sur la paroi des intestins et sur la paroi de la vessie.

Il s’agit d’une maladie gynécologique inflammatoire chronique qui provoque des douleurs intenses dans le bas du ventre.

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

Les symptômes peuvent varier suivant la localisation des lésions. En général, les douleurs apparaissent quelques jours avant les règles et s’arrêtent après celle-ci.

Les symptômes sont les suivants :

  • Règles douloureuses (parfois très douloureuses)
  • Douleurs dans le bas ventre
  • Rapports sexuels douloureux
  • Troubles du transit (constipation, diarrhée, douleurs et saignements dans les selles)
  • Ballonnements
  • Troubles urinaires (brûlures et saignements dans les urines)
  • Infertilité
  • Fatigue

L’alimentation influe-t-elle sur cette maladie?

Des études ont démontré que consommer des acides gras (viennoiseries, pizzas, produits industriels…) ou de la viande rouge quotidiennement augmenterait le risque de la maladie. Favoriser légumes et fruits auraient l’effet inverse.

Ajouter tous les jours à vos menus fruits et légumes réduiraient à 22% les risques d’endométriose.

Des intolérances plus fréquentes

Suivant des études, les femmes atteintes de la maladie d’endométriose sont aussi, le plus souvent atteintes d’intolérances alimentaires. Parmi ces intolérances, le gluten. Les femmes souffrant d’allergie au gluten serait plus exposées à la maladie. Il est conseillé d’adopter un régime sans gluten afin de voir si cela améliorerait les symptômes.

Les intolérances alimentaires rendraient l’intestin plus perméable et de ce fait les aliments libérés dans l’organisme provoqueraient alors une réaction inflammatoire, ce qui déréglerait le système immunitaire le rendant incapable d’enrayer l’endométriose. Des études continuent à être menées afin de pouvoir se positionner plus concrètement sur ce sujet.

Alors quelle alimentation adopter ?

Beaucoup d’aliments peuvent être mis en cause dans les intolérances alimentaires comme le soja, le gluten, les laitages, les amandes, les œufs ou encore les bananes.

Adoptez un régime sans ces aliments durant 3 mois afin de voir si les symptômes diminuent. Si ce n’est pas le cas, le régime pourra alors être stoppé. Ce régime alimentaire a eu des effets positifs sur certaines femmes avec une diminution quasi complète des douleurs et à l’échographie une régression de la maladie.

Cette maladie peut nuire au bien être de celles qui en souffrent. Il est donc important de demander l’avis de votre médecin lorsque vous détectez des maux comme ceux mentionnés ultérieurement. Il vous sera demander de faire une échographie endo vaginale, effectuée par un radiologue spécialisé, permettant de cartographier précisément les lésions. Mais peu de radiologues sont suffisamment formés à dépister cette maladie.